Skip to Content
Taux et Inflation : je t’aime moi non plus

Taux et Inflation : je t’aime moi non plus

Les marchés obligataires ne sont plus ce qu’ils étaient. Les matières premières remontent, les entreprises peinent à embaucher et tout se renchérit. L’inflation se réveille et pourtant les taux obligataires restent de marbre. Pourquoi tant d’indifférence ? Pour mieux comprendre, rappelons les fondamentaux.

Par Frédéric Rollin, Senior Investment Adviser.

Taux et inflation : un mariage de raison

Les taux restent généralement supérieurs à l’inflation. Les investisseurs obligataires souhaitent à juste titre prévenir une érosion de leur épargne. Ils demandent donc un taux de rendement supérieur à l’inflation. Les entreprises et les états sont prêts à payer des coupons au-dessus de l’inflation. « En toute logique », la rentabilité espérée d’un investissement obligataire est supérieure à l’inflation. 

De plus, les taux et l’inflation sont sensés marcher main dans la main : si une hausse de l’inflation se profile, il est raisonnable de penser que les taux s’ajustent. Les épargnants souhaiteront protéger leur épargne de l’érosion des prix et les entreprises intégreront l’inflation dans les perspectives de rendement de leurs investissements. La banque centrale pourra de plus accompagner cet ajustement en remontant les taux directeurs, refroidissant ainsi l’économie et reprenant le contrôle des prix. 

Sur le principe, un taux de rendement obligataire évoluant avec l’inflation tout en restant supérieur permet à tous, préteurs et emprunteurs, d’être satisfaits. Une belle association en somme, mais qui a subi récemment quelques coups de canif. 

Les banques centrales sèment la discorde

Aujourd’hui, les banques centrales des pays développés restent ultra-accommodante bien que l’inflation remonte. Elles considèrent que l’inflation est temporaire et que la croissance économique reste fragile. De plus, en laissant filer l’inflation et en maintenant des coûts de refinancement peu élevés, elles allègent la dette des acteurs économiques.  

Sous leur influence, les taux obligataires se sont établis nettement en dessous de l’inflation. Et si les préteurs traditionnels ne sont pas contents du niveau des rendement obligataires, tant pis. D’une part, l’alternative offerte par les rendements monétaires est encore plus pénalisante. D’autre part, les investisseurs récalcitrants sont remplacés par les banques centrales, qui achètent massivement des obligations.

C’est la raison pour laquelle les rendements obligataires restent bas, relativement indifférents au retour de l’inflation. 

L'influence des anticipations

Notons que les obligations ont parfois des comportements étonnants. En 1994, Alan Greenspan a drastiquement monté les taux directeurs américains et les marchés obligataires se sont effondrés. En 2003, le même homme a drastiquement monté ses taux directeurs et les obligations ont très bien réagi. Pourquoi les mêmes causes ont-elles produit des effets opposés ?  En 1994, les investisseurs considéraient que la banque centrale était très en retard. Ils anticipaient de nouveaux resserrements, encore plus violents, pour éviter un dérapage de l’inflation. En 2003, Alan Greenspan avait su convaincre les investisseurs que sa politique était adéquate. L’inflation était sous contrôle, et les hausses de taux directeurs, refroidissant l’économie, faisaient baisser les anticipations d’inflation, favorisant les obligations. 

Le niveau d’inflation et les politiques des banques centrales sont essentiels pour analyser les marchés obligataires. Mais le jeu des anticipations est lui aussi important. La banque centrale va-t-elle modifier sa politique ? La modification que je pressens est-elle anticipée par les autres investisseurs ? Sera-t-elle suffisante pour ralentir l’inflation ? La banque centrale saura-t-elle agir convenablement ? Ces questions tournent dans les esprits et les évolutions des marchés obligataires en dépendent aussi.   

Contact Presse :

Olivier Duquaine
Olivier Duquaine Managing Director, Backstage Communication

 

A propos de Groupe Pictet

Le Groupe Pictet

Le groupe Pictet est dirigé par sept associés, à la fois propriétaires et gérants. Les principes de succession au sein du collège des associés et de transmission du capital sont inchangés depuis sa fondation en 1805. Le Groupe se consacre exclusivement à la gestion de fortune, à la gestion d’actifs, à la gestion alternative et à l’asset servicing. Il ne propose ni crédits commerciaux ni prestations de banque d’affaires. Avec des actifs sous gestion ou en dépôt se montant à CHF 609 milliards (USD 689 milliards, EUR 563 milliards, GBP 504 milliards) au 31 décembre 2020, Pictet compte aujourd’hui en Europe parmi les principaux acteurs indépendants de la gestion de fortune et de la gestion d’actifs proposant leurs services à des clients privés et à des investisseurs institutionnels.

Le Groupe a son siège à Genève, où ses activités ont débuté, et emploie plus de 4900 collaborateurs. Possédant 30 bureaux, il est également présent à Amsterdam, Bâle, Barcelone, Bruxelles, Dubaï, Francfort, Hong Kong, Lausanne, Londres, Luxembourg, Madrid, Milan, Monaco, Montréal, Munich, Nassau, New York, Osaka, Paris, Rome, Shanghai, Singapour, Stuttgart, Taipei, Tel-Aviv, Tokyo, Turin, Vérone et Zurich.


Groupe Pictet
Banque Pictet & Cie SA
Route des Acacias 60
1211 Geneva 73 - Switzerland